Pâtes à la courge musquée et kari gosse

Côté blogs culinaires j’ai quelques favoris que je ne manque jamais de consulter dès que j’ai un ingrédient dont je veux faire un bon repas. Parmi ces blogs, le fameux Chocolate & Zucchini (VF), palais de la gastronomie saine et savoureuse.

Mr. m’ayant ramené une courge musquée de Provence, j’ai trouvé une bonne recette à base d’une autre courge, qui avait l’avantage d’utiliser pas mal d’ingrédients que j’avais à ma disposition.

Entre autres, j’ai pu faire bon usage du Kari Gosse que ma mère m’a fait découvrir récemment. « Kari » pour le mélange d’épices (gingembre, curcuma, girofle, piment, cannelle et poivre) et Gosse du nom de l’apothicaire lorientais qui a créé ce curry pimenté au XIXème siècle. Il accompagne parfaitement le poisson, mais j’ai tout de même tenté le mélange avec un peu de chorizo, et ça passe très bien.

Pour 2 personnes :

– 1 c.s. d’huile d’olive
– 1 oignon finement émincé
– 400 g de courge musquée pelée coupée en morceaux assez petits
– 1/2 c.c. de sel
– 1/4 c.c. de kari gosse (attention, ça pique)
– 200 g de farfalles complètes
– poivre noir
– graines de tournesol
– un peu de chorizo fort coupé en dés
– parmesan fraîchement râpé

Faire chauffer l’huile dans une grande poêle sur feu moyen. Ajouter l’oignon et une pincée de sel et laissez suer quelques minutes, en évitant la coloration. Ajouter la courge, le sel, le kari gosse et mélanger. Couvrir et laisser cuire 8 à 12 minutes, en remuant de temps en temps, jusqu’à ce que la courge soit cuite.

En parallèle, faire cuire les pâtes jusqu’à ce qu’elles soient al dente. Les égoutter  et les ajouter dans la poêle en mélangeant bien. Saupoudrer de poivre, de graines de tournesol et de fromage, et servir sans attendre.

Ca demande peu de matières grasses, c’est savoureux et de saison. J’ai adoré !

La recette originale (j’ai quand même fait quelques changements, comme le chorizo et les graines utilisées) est ici.

Enjoy!

Publicités

Snood Maniac

Je ne fais pas les soldes. Mais cette année j’ai craqué pour les soldes Phildar en ligne sur la Rapido !

J’ai donc un énorme sac de Rapido à liquider – une excellente excuse pour faire un snood de plus. Oui, oui et oui !

Je me suis donc inspirée du motif de l’écharpe Montana de Craig Rosenfeld.

Je cherchais un bon motif pour un snood un peu masculin à construire sur des tons noir, gris et bleu pétrole.

Le résultat final n’a donc plus rien à voir avec celui de base et je l’aime d’autant mieux.

Et pour faciliter le 2ème tour, j’ai fermé le snood à moitié seulement, comme cette superbe photo le montre clairement.

Les détails de la construction du snood sont sur mon Ravelry.

Craft Night de décembre par Etsy

Très très en retard, je me rends compte que j’avais oublié d’en parler ! Fin décembre a eu lieu la dernière des Craft Night de Noël d’Etsy. C’est la 1ère fois que je testais le concept ; ce n’est pourtant pas faute de l’avoir lorgné de loin, mais ça y est cette fois je m’y suis résolue.

Pour la petite histoire, Etsy est un site où s’achètent et se vendent des produits faits main, souvent très originaux. Ils ont aussi un blog et communauté super active et organisent régulièrement des soirées ou tout inscrit peut participer gratuitement à des ateliers de création. Etant d’humeur noëlesque, j’ai eu envie de tenter le temps d’une soirée.

Noël  me rend gaga et un peu Miss France – la paix dans le monde et des chatons par milliers !  Trève de Noël et de plaisanterie, je me suis laissé le droit de miser sur les colombes pour réaliser un photophore de Noël en papier calque.

Et pour le côté fun, on peut toujours compter sur les séries de pingouins à cravates.

J’ai seulement participé à 2 ateliers. Le 2ème, celui des décorations de bûche, avait pour matière première le superbe papier japonais de la créatrice Adeline Klam. Etant un peu pressée je n’en ai pas profité très longtemps, mais j’ai déjà eu le temps de faire quelques « drapeaux » multicolores. Parfait pour décorer quelques cupcakes ou autres douceurs des fêtes !

Je reviendrai, mais cette fois accompagnée, pour ateliers prévus toute l’année !

Cake choco-bananes

Vous voyez les bananes qui vous font littéralement les yeux noirs depuis 1 semaine dans la corbeille à fruits et que personne ne veut manger ?

Apparemment il existe différents façons de leur régler leur compte et que personne ne s’aperçoive qu’il est en train de manger de la banane trop mûre.

1ère tentative ultra convaincante avec le cake choco-bananes de Papilles & Pupilles. J’en conviens, la photo fait peur, mais oui, c’était délicieux, aérien et aromatisé à la banane juste comme il faut, sans arrière goût quelconque.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Dans un moule à cake :

  • 150g de beurre
  • 150g de sucre
  • 2 œufs
  • 300g de farine
  • 1 cuillère à café de bicarbonate de soude
  • 1/2 cuillère à café de sel
  • bananes normales très mûres
  • 150ml de lait
  • 150g de pépites de chocolat noir

 

Préchauffez le four à 160°C / 180°C.

Beurrez et farinez le moule à cake.

Dans un saladier, mélangez la farine, le bicarbonate et le sel.

Coupez le beurre en dés. Mélangez-le au sucre et fouettez jusqu’à ce que le mélange blanchisse. Ajoutez ensuite les œufs un par un en continuant de battre, puis ajoutez le mélange à base de farine. Mélangez bien. Ajoutez ensuite le lait. Votre pâte doit être homogène.

Écrasez les bananes grossièrement à la fourchette, ajoutez les à la pâte. Mélangez délicatement puis ajoutez enfin les pépites de chocolat.

Versez la préparation dans le moule puis enfournez pendant 1 heure.

Laissez refroidir 1/4 d’heure avant de démouler pour éviter que ça s’émiette. Goinfres que nous sommes, nous avons pu comparer la découpe sans et avec attente.

 

L’avis de l’homme : Absolument pas partant à la base, car craignant les morceaux de banane dans les gâteaux, il a fini par succomber. A refaire, sans aucun doute.

Ca nous a même fait penser au muffin bananes-caramel de chez Millie’s Cookies qu’on avait goûté la veille. Oui, nous sommes gourmands.

Un nouveau classique, comme Walras.

Modèle coup de coeur : Susie’s Reading Mittens

J’ai flashé pour le modèle, j’en traîne une paire sur des aiguilles circulaires depuis longtemps parce que tricoter en rond m’agace et parce que le pouce me défie. Pas de soucis, je les ai donc refaites en aiguilles droites et sans le pouce – qui a dit bouuuuh ?

Je me suis basée sur ce patron traduit par Nini Naphtaline pour réaliser le modèle petite taille – 42 mailles montées avec des aiguilles 3 1/2 pour commencer.

L’avantage de l’acrylique est forcément le prix et la solidité. Si on se rate ça fait moins mal qu’avec une jolie laine bien chère, fluffy et indétricotable. Le côté sec de la laine met également bien en avant les motifs simples mais qui font le charme de ce modèle.

 

Où trouver la laine ?

  • Impact 3.5, chez Phildar.
L’avis de l’ostéo : l’homme les aime bien, mais au final c’est à mon ostéo que je les ai offertes :). Le soutien familial/amical est important, mais quand on a trouvé un bon ostéopathe on peut résoudre bien des choses. Petit cadeau de merci à ma super ostéo, donc, qui apparemment les a beaucoup aimées (pour les parisiens, je peux vous donner son contact).

Tapioca à la vanille et au lait

C’est bien de s’équiper d’ingrédients peu connus et peu utilisés, mais après il faut trouver des recettes pour les cuisiner. Sauf si la recette qui nous a fait acheter l’ingrédient est absolument fantastique.

J’ai acheté une petite boîte de perles du Japon parce que je trouvais ça fun, parce que ça s’appelait perles du Japon et parce que ça m’intriguait.

J’ai découvert depuis qu’il s’agissait concrètement de tapioca comme on en met dans le bubble tea. J’ai trouvé une petite recette sur Chocolate & Zucchini qui a bien fait l’affaire : Tapioca à la vanille et lait d’avoine. N’ayant pas ce dernier à ma disposition, j’ai utilisé du lait demi-écrémé tout à fait normal.

Ingrédientspour 6 à 8 personnes

  • 1 litre de lait d’avoine non sucré et non aromatisé
  • 1 petite gousse de vanille, ou la moitié d’une grosse
  • 100 g de perles de tapioca (aka perles du Japon)
  • 100 g de sucre de canne blond
  • 1/4 c.c. de sel

Versez le lait dans une casserole moyenne. Ouvrez la vanille en deux dans le sens de la longueur avec un couteau, et grattez les graines à l’intérieur avec le côté non coupant. Ajoutez la gousse et les graines au lait.

Amenez le lait à frémissement sur feu moyen. Versez le tapioca en pluie et mélangez avec une cuillère en bois. Ca a tendance à coller donc n’hésitez pas à le séparer en remuant. Couvrez et laissez frémir 15 minutes (ou selon les instructions de l’emballage) en remuant de temps en temps.

Retirez du feu, ajoutez le sucre et le sel, et mélangez pour dissoudre. Versez votre dessert dans les plats dans lesquels vous comptez déguster votre tapioca. Le temps que la préparation refroidisse complètement, les perles de tapioca auront continué à gonfler et absorbé encore un peu de liquide.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Servez à température ambiante ou à peine frais. Le tapioca peut être préparé la veille, et se garde quelques jours au réfrigérateur dans un récipient hermétique.

Comme conseillé par C&Z, de petits biscuits accompagneront parfaitement votre dessert. A venir : les sablés diamant au matcha, par C&Z également !

L’avis de l’homme : Ce n’est pas du tout à son goût, à cause de la texture… et peut-être aussi à cause de mauvais souvenirs de récurage de filtres dans lesquelles s’étaient glissées les billes de tapioca.

Et mon avis c’est que ça en fait plus pour moi. Pas mal, ce goût subtil de vanille ! Le mélange avec le biscuit au matcha est particulièrement heureux. A réitérer, donc.