Tapioca à la vanille et au lait

C’est bien de s’équiper d’ingrédients peu connus et peu utilisés, mais après il faut trouver des recettes pour les cuisiner. Sauf si la recette qui nous a fait acheter l’ingrédient est absolument fantastique.

J’ai acheté une petite boîte de perles du Japon parce que je trouvais ça fun, parce que ça s’appelait perles du Japon et parce que ça m’intriguait.

J’ai découvert depuis qu’il s’agissait concrètement de tapioca comme on en met dans le bubble tea. J’ai trouvé une petite recette sur Chocolate & Zucchini qui a bien fait l’affaire : Tapioca à la vanille et lait d’avoine. N’ayant pas ce dernier à ma disposition, j’ai utilisé du lait demi-écrémé tout à fait normal.

Ingrédientspour 6 à 8 personnes

  • 1 litre de lait d’avoine non sucré et non aromatisé
  • 1 petite gousse de vanille, ou la moitié d’une grosse
  • 100 g de perles de tapioca (aka perles du Japon)
  • 100 g de sucre de canne blond
  • 1/4 c.c. de sel

Versez le lait dans une casserole moyenne. Ouvrez la vanille en deux dans le sens de la longueur avec un couteau, et grattez les graines à l’intérieur avec le côté non coupant. Ajoutez la gousse et les graines au lait.

Amenez le lait à frémissement sur feu moyen. Versez le tapioca en pluie et mélangez avec une cuillère en bois. Ca a tendance à coller donc n’hésitez pas à le séparer en remuant. Couvrez et laissez frémir 15 minutes (ou selon les instructions de l’emballage) en remuant de temps en temps.

Retirez du feu, ajoutez le sucre et le sel, et mélangez pour dissoudre. Versez votre dessert dans les plats dans lesquels vous comptez déguster votre tapioca. Le temps que la préparation refroidisse complètement, les perles de tapioca auront continué à gonfler et absorbé encore un peu de liquide.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Servez à température ambiante ou à peine frais. Le tapioca peut être préparé la veille, et se garde quelques jours au réfrigérateur dans un récipient hermétique.

Comme conseillé par C&Z, de petits biscuits accompagneront parfaitement votre dessert. A venir : les sablés diamant au matcha, par C&Z également !

L’avis de l’homme : Ce n’est pas du tout à son goût, à cause de la texture… et peut-être aussi à cause de mauvais souvenirs de récurage de filtres dans lesquelles s’étaient glissées les billes de tapioca.

Et mon avis c’est que ça en fait plus pour moi. Pas mal, ce goût subtil de vanille ! Le mélange avec le biscuit au matcha est particulièrement heureux. A réitérer, donc.

Muffins matcha-framboises

Parce que c’est encore meilleur quand c’est joli, je n’ai pas pu résister à la recette de minis matcha/framboise de Trucs de food.

Le matcha me faisait de l’oeil en épicerie et dans les restos asiatiques.

Le matcha (ou maccha) est une poudre très fine de thé vert moulu, broyé entre deux pierres. Il est utilisé pour la cérémonie du thé japonaise et comme colorant ou arôme naturel dans la gastronomie japonaise. (Saint Wiki vous en dit plus ici).

J’ai donc tenté ces mini-muffins, en version maxi i.e. dans des moules standards. J’ai diminué la part de matcha pour ne pas effrayer monsieur qui aime la nouveauté mais à petites doses, surtout quand c’est vert.

Ingrédients pour 12 mini muffins ou 6 maxis pour les gourmands

  • 80 g de farine
  • 80 g de beurre
  • 80 g de sucre blond
  • 50 g de brisures de framboises (congelées ça marche aussi)
  • 2 oeufs
  • 20 g de noix de coco râpée
  • 1/2 càc de thé « matcha »
  • 1/2 càc de levure
  • Des carrés de chocolat blanc

Préparation :

Battre les œufs et le sucre dans un saladier. Ajouter la farine, la levure et le beurre fondu. Lisser la pâte.

Prélever 1/3 de la quantité de pâte que vous mélangerez avec le matcha.

Dans les 2/3 restants ajouter la noix de coco râpée et les brisures de framboises. Mélanger de nouveau.

Verser dans des moules à mini-muffins en respectant 2/3 de pâte aux framboises 1/3 de pâte au matcha.

Cuire 15 minutes th.6 (180°C).

Présenter avec un carré de chocolat blanc ou trempés dans le chocolat blanc fondu. C’est assez sucré donc à mon avis cette étape est facultative, mais le chocolat blanc fait bien ressortir le goût de la framboise.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

L’avis de l’homme : Il en a dévoré 3 de suite… le plaisir des yeux et celui des papilles, son coup de coeur parmi toutes mes tentatives de muffin !

Dorayaki et pâte d’azukis

Après l’expérience presque ratée du Tsubuan maison, j’ai décidé de persévérer en tentant la pâte d’azukis à partir d’une poudre de haricots rouges. Le goût du Tsubuan n’était pas mauvais, mais j’avais l’intention d’éviter la texture déplaisante grâce à la finesse de la poudre.

  

Chose faite, donc, puisque la texture est très fine. Ne lisant pas le japonais (ou toute autre langue asiatique dans laquelle c’est écrit), voici donc la recette traduite par une des vendeuses :

Mélanger tous ces ingrédients dans une casserole jusqu’à obtention de la texture désirée :

  • Le paquet de poudre de haricots rouges
  • 400 ml d’eau
  • 240g de sucre
  • 1 pincée de sel
J’ai ajouté par gourmandise 1 càc de vanille liquide, et le résultat est plutôt satisfaisant. La prochaine fois je ferai un demi paquet car j’ai quand même une sacrée dose à réutiliser en peu de temps.
Je me suis donc motivée pour trouver une recette qui fasse honneur à cette belle pâte de haricots rouges sucrée. Je suis tombée sur la recette de Dorayakis de Ligne & Papilles. 
Pour réaliser la pâte de 7 dorayakis :
  • 3 œufs
  • 150 g de farine
  • 50 g de sucre
  • 8 cl d’eau
  • 1 càc de levure

Mélanger la farine, le sucre et les oeufs. Pour le sucre j’ai utilisé du sucre de canne bio, et pour la farine de la farine de froment complète type 110, qui font réellement la différence en terme de texture et de goût – ou alors n’est-ce qu’une illusion ?

Laisser reposer 20mn avant d’ajouter le reste des ingrédients. Il vous reste à les cuire à même la poêle (en teflon) comme vous le feriez avec des pancakes – quelques minutes du premier côté et un peu moins pour le 2ème, le temps que ça dore.

Prenez ensuite votre pâte pour l’étaler sur un des pancakes et refermez avez un 2ème pancake – voilà le résultat !

Où les trouver ?

  • Poudre de haricots sucrée : Kioko, 46 rue des Petits Champs, Paris.
  • Farine de froment complète type 110 et sucre de canne bio : dans la plupart des Biocoop.

Tsubuan maison

J’ai du mal avec Paris. Mais c’est seulement ici qu’on trouve des perles rares, comme celles du Bubble Tea.

Cette boisson à base de thé est d’origine Taïwanaise. Consommée chaude ou froide, avec ou sans lait, son originalité réside dans les perles de tapioca qui se baladent au fond. Leur texture est un peu gélatineuse, comme les bonbons nounours. Non, cette description ne fait pas rêver, il faut goûter pour se faire un avis.

Ayant mes habitudes chez Zenzoo, j’ai craqué pour le thé à la Roselle, et celui à l’azuki.


J’ai eu l’occasion de goûter la version faite maison cette semaine, et depuis j’ai comme une sensation de manque… Après des recherches infructueuses chez Kioko et Ace Market j’ai décidé de faire ma pâte d’azukis moi-même.
Pas bretonne pour rien, pas têtue pour un sou, j’ai donc récupéré cette recette chez Cuisine-libre.fr (est-ce vraiment la même chose que la pâte d’azukis des bubble tea ?)

Pour 500 g de Tsubuan :

  • 150 g d’azuki (haricots rouges)
  • 150 g de sucre
  • eau

Lavez les azukis. Versez 1 volume de haricots rouges pour 4 volumes d’eau dans une casserole moyenne. Portez à ébullition, comptez 10 à 20 minutes et jetez l’eau pour enlever l’âcreté.

Ajoutez 3 fois leur volume en eau, portez à ébullition, puis baissez et laissez mijoter à feu doux pendant plus d’une heure, jusqu’à ce que les azukis soient bien tendres et s’écrasent facilement sous le doigt. Ajoutez de l’eau froide à chaque fois que le niveau baisse, de façon à ce que les haricots soient toujours couverts (jusqu’à 6 fois leur volume en eau au total).

Lorsque les azukis sont cuits, jetez un peu d’eau de cuisson. Ajoutez doucement le sucre en mélangeant avec une cuillère en bois sur feu doux, jusqu’à obtenir la consistance d’une purée. Mixez éventuellement. Si le tsubuan est trop mou, laissez-le cuire davantage, pour qu’il épaississe.

Éteignez le feu et laisser refroidir en versant la préparation dans une assiette. Le tsubuan durcit un peu en refroidissant.

Mon avis : Côté goût et texture, on se rapproche de la crème de marrons. Après avoir enlevé quasiment toute l’eau à la fin, l’étape du mixage est indispensable pour éviter toutes les petites peaux désagréables en bouche. 5 à 10 mn en plus sur feu doux achèvent la composition.

On retrouve presque la texture de la version achetée, mais pour être certaine il va falloir que je regoûte ! A voir ce que ça donne une fois mélangé en Bubble Tea ou dans un onigri.

Prochaine étape : la réalisation d’un Bubble Tea Azuki en bonne et due forme. La suite au prochain épisode.

A noter :

  • Bubble Tea > Zenzoo – 13 rue Chabanais – 75002 PARIS
  • Pâte d’azukis > Kioko – 46 rue Petits Champs – 75002 PARIS
  •                             > Tang Frères – 48 avenue d’Ivry – 75013 PARIS

Financiers aux Noisettes

Je louche sur les financiers depuis quelque temps, en me demandant quel pouvait bien être leur intérêt. Pour le côté pratique, ils permettent d’utiliser les blancs d’oeufs non utilisés dans certaines recettes.

Pour 12 à 18 financiers

  • 180 g de sucre glace
  • 90 g de poudre de noisette
  • 60 g de farine
  • 5 blancs d’œuf
  • 150g de beurre

Préparation : 10 min   –   Cuisson : 10 min

1. Préchauffez votre four à 220°C
2. Mélangez tous les ingrédients hormis le beurre : sucre, poudre de noisette, farine et blanc d’œuf.
3. Pour réaliser le beurre noisette : prenez une petite casserole dans laquelle vous mettez le beurre et faites-le bouillir. Quand le beurre est doré, retirez la casserole du feu et passez-le au chinois (ou dans une passoire à mailles assez fines) pour l’incorporez à la pâte.
4. Mélangez le tout et versez la pâte dans des moules rectangulaires préalablement beurrés.
5. Enfournez 10 minutes. Les financiers vont craquer au centre à la cuisson. Sortez-les du four et laissez-les refroidir avant de les démouler.

Mon avis : après cette première tentative, ils sont sûrs de devenir un classique. Je n’ai rien à redire à la recette. Le goût est fabuleux – ça doit être le beurre breton – et c’est aussi simple que rapide à réaliser.

Astuces : les moules en silicone permettent un démoulage très facile et n’ont donc pas besoin d’être beurrés ! Il faut juste penser à sortir la grille et les poser dessus avant de les remplir et d’enfourner. Ca évite de tout renverser, ce qui est l’inconvénient de moules flexibles !

Si comme chez moi votre dévoreur en chef n’est pas à la maison le jour même, il faut penser à comment les conserver. Je les ai emballés individuellement dans du film étirable pour qu’ils ne deviennent pas trop mous. C’est un peu laborieux et pas très écolo… la solution est donc de le faire quand il y a du monde !

Cette fabuleuse recette ne vient pas tout droit de mon imagination, mais du blog Wondersophie. Cette grande gourmande cuisine entre autres le chocolat et les bonbons pour un résultat dynamique et coloré.

Un site parfait pour les petits gourmands et les grands enfants dont je fais partie.

Philadelphia mon amour

J’ai parcouru cette page et cette page un bon nombre de fois… et pourtant un vilain détail n’est pas resté imprimé.

« Placer ensuite au frigo pour 48 heures. »
Je l’ai senti sous la main, je l’ai senti ensuite pendant une heure et plus lorsqu’il cuisait, je l’ai senti de près lorsqu’il avait refroidi… mais je n’ai pas pu y goûter.

Mon cheesecake doit cuire 1h et reposer 48 fois plus au frigo. Misère !

Dans la vie de Beauàlalouche il ressemble à ça.

cheesecake_banane_choco_1
A venir : ma version du cheesecake ou Le Jeu des 7 erreurs !

Edit : photos lamentable mais cheesecake plutôt réussi. Je n’ai pas utilisé le mixer mais la prochaine fois je suivrai la recette à la lettre. Je suppose que ce sera plus tendre ! Celà dit je n’en ai eu qu’un aperçu puisque j’ai à la maison un certain individu qui a mangé le tout très rapidement.

Par contre… le caramel… reste problématique. Difficile d’en faire sans ruiner sa casserole. Heureusement, ce n’est pas moi qui fait la vaisselle !